Forum de mangas, de jeux vidéos et de culture japonaise !
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Le changement de pseudo est possible !
Le réglement général n'est pas fait pour faire joli ! Il est là pour être lu et respecté ! De même pour le réglement du RPG !

Partagez | 
 

 Felkistyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Felknia
Newcomer
avatar

Masculin Balance Singe
Messages : 21
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 25
Localisation : INNA YUH HEAD !

MessageSujet: Felkistyle   Ven 29 Juil - 16:24

Inspiration Obscure

Partie I

A gauche, puis tout droit.


C'est ce qui était indiqué sur le plan miteux qu'avait confié le vieux Nano à Kristal. Cela faisait près de quatre heures qu'elle tournait dans les environs à suivre les indications de la carte.
Le nain lui avait expliqué que ce plan menait à un trésor incommensurable. De nature à aimer l'argent et à apprécier les richesses, Kristal fut la première à accepter la quête.
Son but était simple. Elle devait trouver le trésor et le ramener à Nano le nain, qui en échange lui reverserait un bon pourcentage.

"Un bon pourcentage de l'infini, ça fait l'infini aussi nan ?" s'était-elle dit en se lançant à l'aventure.

Elle s'était parfaitement préparée pour la chasse au trésor. Elle avait pris un petit sac dans lequel elle avait inséré une corde, des vivres, de l'eau, de quoi chasser et de quoi faire du feu. Elle avait, accrochés dans son dos, Aliarta son saï et Jambaya son fléau. Elle ne partait jamais sans eux et les chérissait tant qu'elle leur avait donné des noms. Jambaya avait une poignée de 80 centimètres à laquelle était accrochée par une chaine de même longueur une boule de bon diamètre hérissée de piques. il lui permettait d'atteindre les ennemis à moyenne portée tandis que Aliarta lui permettait d'exécuter des mouvements vifs à courte portée, ou l'éliminer des gardes sans faire de bruits.

Kristal était partie de chez elle en fin d'après midi, et il faisait à présent nuit noire. Son plan l'avait menée dans une forêt sombre. Elle s'installa dans une clairière afin de bivouaquer.
Elle déposa ses armes et se posa sur un rocher, prenant le temps de souffler après cette longue marche.

"pfiou... je ne pensais pas que cela me prendrait autant de temps."

Elle ouvrit son sac et en sortit Umbrraätikratumkravitch, sa petite hache. Elle l'avait appelée comment ça car c'était le bruit qu'avait fait l'orc à qui elle l'avait dérobé lorsqu'elle l'écrasa avec Jambaya. Hache en main, elle partit donc en quête de bois pour le feu. Elle aurait certes pu faire du feu sans bois grâce à la magie, mais elle aimait le bruit du bois qui craque, de l'odeur lorsque celui-ci se consume.
Elle marcha quelques temps en quête d'un arbre à abattre. Elle tomba sur un beau chêne, dont le tronc n'étais ni trop gros ni trop fin, avec lequel elle pourrait faire de bons rondins. Elle commença par chasser de l'arbre tous ses habitants en lançant de petits sorts inoffensifs, Puis elle fit la première entaille à la base du tronc. En quelques coups l'arbre était à terre. Elle le traina comme elle put jusqu'à la clairière et tailla ses branches afin de commencer le feu.
Un quart d'heure plus tard, le feu était bien parti et elle s'arma de son saï pour trouver du gibier. Elle se dit qu'a cette heure-ci les animaux dormaient et qu'il était facile de les tuer. Elle n'avait pas tort. En peu de temps elle tomba sur un magnifique renne endormi qu'elle égorgea.

Lorsqu'elle revint avec sa prise au feu de camp, elle se rendit compte que ce dernier s'était éteint.

"Hein ?"

Elle s'approcha et remarqua que le bois n'étais même pas chaud. Contrariée, elle le redémarra par magie. et se réinstalla devant pour se réchauffer.

Pouf, plus rien, elle était dans le noir, le feu s'était éteint.

"Grmblx"

Elle essaya de le rallumer et se rendit alors compte que le bois avait disparu, comme si on lui avait dérobé. Exaspérée et son ventre criant famine, elle tâtonna pour retrouver le renne mort qu'elle avait abattu, décidée à le manger cru. Or lui aussi avait disparu. Il n'était tout simplement plus là, comme s'il s'en était allé.

"Heu...je crois que je vais péter un câble là. C'est qui le couillon qui s'éclate à faire disparaitre ma bouffe ? je vous préviens que si mes armes chéries disparaissent ça va barder !"

Elle entendit sa voix s'évanouir dans la noirceur de la forêt. Il n'y avait personne. Comment le feu et le gibier avaient pu disparaitre comme ça ? Elle en resta coi.

Soudain le vent se leva. Les arbres menaçants se penchaient, réduisant le diamètre de la clairière. L'air sifflant entre les troncs produisaient un son effroyable. Même Kristal, mélomane à la base, en eût des frissons.

"J'ai la dalle, je me les pèle et je fliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiippe !"

Après le vent vint l'orage. Une tempête d'eau et de feu. On eût dit que tous les éléments étaient présents et s'étaient unis contre la jeune fille. Elle remballa en un geste ses affaires et se mit à courir. Elle courut et courut, il lui semblait que la tempête la poursuivait alors qu'elle était partout. Un arbre tomba, manquant de peu de l'écraser, puis un autre, et encore un autre. Les animaux affolés courraient dans tous les sens et la bousculaient, la faisait trébucher. Le cri du vent dans ses oreilles était horrible, montant dans les aigus, continuant encore et encore, sifflant à n'en plus finir. Elle était terrorisée, a bout de souffle et affamée.
Enfin elle vit le bout de la forêt. Un chemin se dessinait entre les arbres et semblait sortir de la sylve. La tempête battait son plein et la sortie semblait loin, très loin. Elle continua de courir, le corps tout en crampes et en points de côtés. Elle n'y arriverait jamais...

Elle n'y arriverait jamais...

Kristal trébucha une fois de plus et n'arriva point à se relever.
***


Kristal rouvrit les yeux. Le soleil s'était levé et éclairait un radieux ciel azuré. A sa grande surprise elle ne se trouvait plus dans la forêt, mais à quelques mettre de celle ci, sur un sentier en sable, qui s'étirait sur des kilomètres dans de grandes prairies verdoyantes dans lesquelles couraient des animaux sauvages. On aurait cru que la tempête avait été si forte qu'elle avait été éjectée de l'enfer de bois.
Elle s'assit un moment pour retrouver ses esprits, puis s'empara du plan de Nano. Il y était indiqué, d'une écriture qui semblait dire que l'auteur s'était amusé en l'écrivant :
Une fois que les esprits de la forêt vous auront chassé de leur domaine, continuez sur le chemin qui s'offre devant vous.


"...Pardon ?"

Elle relut la phrase. Oui, c'est bien ça qui était écrit. Nano savait pertinemment que ça allait arriver, et n'avait pas cru bon de l'en prévenir. Elle était bien bonne celle là !
Kristal le maudit silencieusement et reprit sa route...

---

PARTIE II

"Mouaaaaaaahhhh"

Ce fut le bruit qu'émit Kristal après avoir émergé d'un profond sommeil. Elle avait planté un camp dans une cuvette afin d'être à l'abri du vent durant son sommeil.
Elle rangea son matériel et regarda en direction du soleil qui s'était levé depuis à présent une heure. Cela faisait environ une semaine qu'elle avait quitté la forêt, et depuis elle traversait une immense plaine qui lui semblait gigantesque. Elle marchait tout droit, s'orientant grâce au soleil et au sens du vent.

"Quand il ne tourne pas !"

Quand il ne tourne pas. Ainsi, depuis sept jours et sept nuits, elle marchait, marchait, marchait. Plus elle marchait et plus elle trouvait le paysage monotone. L'herbe toujours aussi verte, le sol toujours aussi plat, le ciel toujours aussi bleu et le soleil toujours aussi chaud.

"Tssss puisse ce soleil flamber cette maudite forêt !" lui arrivait-il de penser. Il lui arrivait aussi, et ce beaucoup plus souvent, de maudire Nano, qui l'avait envoyé dans cette galère.
L'immensité de la plaine ne rendait pas la chasse facile. Le gibier la voyait arriver de loin et avait le temps de s'abriter avant qu'elle ne le repère. Elle arrivait cependant à attraper quelques proies, comme des lièvres ou même de jeunes faons, si elle arrivait à les contourner et à les prendre par derrière. Le facteur chance jouait beaucoup aussi.

Alors qu'elle s'était mise en route, Kristal se mit à siffloter une chansonnette de son village. Ça lui permettait de faire vagabonder son esprit pendant que ses jambes la faisaient avancer, une mince distractions dans cet océan de vacuité.
C'est au moment où elle s'attaquait au refrain qu'un moustique inopportun vint la piquer.

"Aoutch ! Saloperie ! Je vais te cramer !"

Elle appela la magie et lança un sort de feu mineur en direction de la sale bête. Elle le rata. Elle grogna et se décida qu'il ferait partie de la liste des choses qu'elle devrait maudire sans cesse, à l'instar de Nano et de la forêt.
Kristal oublia le moustique et concentra son attention sur un magnifique cerf qui était en train de brouter. Il ne l'avait pas vue ! On pourrait être en droit de se demander comment c'est possible étant donné le boucan naturel que fait Kristal, sans compter la salve de feu, mais le fait était là.
Kristal se gratta l'épaule et dégaina son arc. Elle le banda et visa la bête.

"...à moi le petit déjeuner royal !!!"

...ou pas. Car c'est à ce moment que notre ami le moustique se décida à piquer Kristal pour la seconde fois. En plein milieu du front en plus. Surprise, Kristal décocha sa flèche trop vite et rata sa cible, qui s'enfuit sans laisser son reste.

"HAN ! ENFOIRÉ ! MON P'TIT DEJ ! Tu vas me le payer, maudit sextupède de mes deux ! Viens te battre si t'es un moustique !"

L'insecte n'eût cure des jurons de la jeune femme.

"Saleté... saleté ! Saleté de moustique ! Saleté de forêt ! Saleté de Nano ! Je vous déteste tous !!"

Elle fondit en larme et poussa un cri qui lui vint du fond du cœur.
Elle s'effondra ensuite à terre. Elle en avait marre. Voulait que cette journée ce termine, que ce voyage, que son existence se terminent.
Son chagrin sans bords l'aveuglait, à tel point qu'elle ne savait plus ce qui l'entourait. Elle était dans le néant.


...


Elle ouvrit les yeux et sursauta. L'herbe haute avait laissé place à un espèce de sol cotonneux particulièrement confortable. On l'avait déplacée ! Elle regarda autour d'elle. Rien. Rien que ce sol bizarre et le ciel bleu.
Elle se concentra d'ailleurs sur ce pénultième (hrp : L'avant dernier). De texture indéfinissable, sans odeur, Kristal y goûta. Ça avait la saveur de l'eau, ça fondait dans la bouche. Kristal fut surprise de ce constat mais ne s'y attarda pas. Elle était surtout ravie de la confortabilité (hrp : ça par contre, c'est pas français) de la chose. C'était comme un rêve. Elle s'y roula pendant de longs instant. Soudain elle entendit une voix grave derrière elle.

"Ça va, on te dérange pas trop ?"

Kristal se retourna et vit trois grandes silhouettes floues. Elle les voyait mal et n'aurait pas pu les décrire. Tout ce qu'elle distinguait était qu'une silhouette sur les trois était légèrement plus fine et petite que les deux autres.

"Qu... qui est là ? Je vous vois mal."

La petite forme répondit. Elle avait une voix de femme.

-Désolé jeune enfant, nous ne pouvons pas te dévoiler nos apparences ni nos noms. Je t'annonce cependant que nous sommes des dieux, que l'endroit où tu te trouves est notre Domaine, et que tu est ici pour une raison grave.
-M... mais pourquoi ne puis-je vous ni voir, ni connaître vos noms ?
-Parce que l'auteur tient à garder l'authenticité, pardi ! Il a des droits du sais !

Kristal n'en revenait pas. Elle avait en face d'elle trois dieux. Leur carrure et leurs voix suffisait à les croire sur parole.

"Mais alors si vous êtes des dieux..."

Elle désigna le sol

-C'est des nuages ?
-Oui, répondit le troisième dieu, celui qui n'avait pas encore parlé. Les dieux vivent dans les nuages, c'est bien connu non ?
-Certes... Mais vous auriez pu faire un effort sur la déco quand même ! C'est vachement tout le temps pareil quand même !
-Droits d'auteurs oblige, répondit la déesse, on n'a pas le droit de montrer l'intégralité des décors ! C'est aussi pour cela que la plaine que tu traversait tout à l'heure te semblait vide.
-Ah okay... Ben dis donc, dans quel monde vit-on !
-Tu l'as dit bouffie ! Bon, on est pas là pour parler déco, Kristal.
-C'est ce que je m'apprêtais à dire, plaça le deuxième Dieu. C'est déplacé.

Kristal sentit que l'humeur de la déesse se décomposait. Elle s'entourait d'un halo rouge et devenait de plus en plus floue. Au moment ou Kristal voulu prendre la parole, la déesse la coupa :

-Bon dieu ! Il en a pas marre le narrateur de nous appeler La Déesse, Le Second Dieu et Le Troisième Dieu ? Il va se décider à cracher nos noms oui ou merde !!! Ah oui au fait, si toi on connaît ton nom, Kristal, c'est parce que tu n'es qu'un personnage secondaire, alors que nous on est les persos principauuuuux-euh ! Nananèèèèreuh !
-Excusez moi, comment savez vous que le narrateur vous appelle comme ça ? S'enquit Kristal.
-Nous sommes des dieux, jeune fille. Les dieux sont omniscients, Répondit le troisième dieu. Déesse ! Ceci est déplacé. Cesse immédiatement tes gamineries. Kristal est là pour un fait important.
-Tu vas pas t'y mettre toi aussi ! Tsssss je retourne à mon passe temps favoris pour la peine !

Elle disparut sans laisser de traces.

-Son passe temps favoris ? Demanda Kristal.
-Répandre la malchance et la mauvaise étoile. Il semblerait que tu aies été particulièrement touchée par ses méfaits, dirait-on.
-C'est pas faux... Saloperie de moustique !
-VOILA ! C'est précisément pour cela que tu es ici, Kristal.
-A cause d'un moustique ?
-Heuu, non. Le problème vient de ton langage, jeune fille. Tu ne cesses de jurer. Il faut que tu saches que c’est très désagréable pour nous autres les Dieux. A chaque juron que tu prononce c’est comme si nous recevions physiquement un coup de poignard en plein cœur.
-Woah la vache, vous devez vachement souffrir alors ! Avec tout ce que je débite…
-Quoi qu’il en soit, tu vas passer en jugement. Nous allons t’accompagner jusqu’au Grand Conseil qui jugera de ton sort.

Elle n’eut pas le temps de répondre que les deux dieux passaient devant elle d’un pas pressé. Ne sachant que faire, elle les suivit. Elle s’inquiétait et se demandait ce qui allait lui arriver. Allait-elle être condamnée à mort ? Remarque, la route ne serait pas longue jusqu’au Paradis. Elle essaya de tapoter l’épaule du dieu devant elle mais sa main passa aux travers, comme s’il eût été un fantôme. Kristal ne sut que faire. Le dieu ectoplasmique ne revenait pas en place.

-Oh, je suis navrée ! Je n’ai pas fait exprès !
-Ce n’est rien. Nous sommes obligés d’apparaître sous cette forme devant toi comme tu le sais.

Ils continuèrent de marcher quelques peu, puis le dieu se retourna et lui dit, de sa voix grave :

-A partir de maintenant, tu m’appelleras 13 et mon frère 14. Si la déesse refait son apparition, appelle la… comme tu veux, elle se reconnaîtra.
-Vraiment ?
-Tu as raison. Appelle la plutôt 12. Ce ne sont pas nos vrais noms, mais c’est plus pratique.
-Heu… très bien. 13, 14, j’aimerais avoir réponse à certaines de mes questions avant que je ne soit jugée.
-Plait-il ?
-Tout d’abord où sont passées mes armes, et mon équipement ? J’aime les avoir sur moi et elles…
-Elles ne sont pas ici. Elles ne seront pas mises à ta disposition le temps de ton séjour ici.
-Tr… très bien.

Ce fait turlupinais Kristal plus qu’autre chose, ses armes étaient ses sœurs. Elle ne préféra pas insister et enchaîna.

-Quelle pourra être ma condamnation ? Y a-t-il déjà eu des cas comme le miens ?
-Pfoulala on en a limite tous les jours. Les gens sont d’une vulgarité… Ton nom figurait dans une immense liste de noms qui ne cesse de croître d’un jour à l’autre. La plupart du temps, les humains meurent avant que vienne le jour de leur jugement, et lorsqu’on les convoque ils ne viennent jamais, car nous avons moins d’emprise sur les morts que sur les vivants. Avec les vivants c’est simple. Toi par exemple j’ai juste eut à attraper ton esprit et à l’envoyer ici. Avec les morts c’est plus compliqué étant donné qu’il ont la faculté de se déplacer d’une dimension à l’autre de leur simple volonté.
-Et pas les dieux ?
-Si, mais notre omniscience se limite au cadre de la dimension dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Si nous recherchons quelqu’un impérativement et qu’il ne se trouve pas dans cette dimension, nous ne pouvons savoir dans laquelle il est et visiter chaque dimension l’une après l’autre pour le rechercher est… fastidieux.
-Pourquoi, il y en a beaucoup ?
-Plus que tu ne peux l’imaginer, Kristal. Même nous les dieux sommes incapables de nous concevoir précisément combien de dimensions composent notre monde.
-Ah… Il doit y en avoir un sacré paquet alors !
-Nous arrivons.

Un immense bâtiment blanc et doré se dressait devant eux. N’arborant aucun oriflamme, la forteresse de lumière éclairait l’endroit à des lieues à la ronde.
Kristal, 14 et 13 traversèrent deux grandes portes d’or travaillé. Le sol cotonneux laissa place à un carrelage blanc au moment où ils pénétrèrent dans l’endroit.
Et quel endroit ! Il s’agissait d’un très grand amphithéâtre. Les sièges rouges, innombrables, laissaient chacun d’entre eux figurer un symbole brodé d’or sur leur dossier. Le plafond de la salle, haut comme une montagne et soutenu par de grands piliers blancs, avait une fresque peinte représentant, 14 l’avait expliqué, le monde des humains, les enfers et les cieux.

-Il existe des salles de conseil plus grandes que celle ci. Ce qu’il y a de peint à leur plafond représente les lieux qui sont concernées par les affaires traitées dans la salle. Ici, comme tu peux le voir, les affaires se limitent à la planète. Mais j’ai déjà eu l’occasion de voir des salles gérant l’univers tout entier. Même pour moi, c’est assez impressionnant. 12 En a vu une plus grande encore. C’est indescriptible, d’après elle.

Un dieu, se trouvait assis au centre de la salle. Assis en hauteur, il faisait face aux portes et surplombait l’endroit. Il était très grand et tenait un sceptre en sa main droite. Bien que Kristal le distinguait mal à cause du flou continu qui s’étendait sur toute l’assemblée, elle sentait bien que la divinité fixait son regard sur elle.

-Voici le Maître de la Justice expliqua 14. Ce n’est en réalité qu’un ange sans réels pouvoirs mais il à su monter rapidement en grade. Personnellement, il m’énerve avec ses airs pompeux à la con.

L’ange prit parole. Sa voix était profonde et résonnait dans toute la salle. Elle donnait un sentiment désagréable et fit Kristal ressentir des frissons.

-Je vous demande d’accueillir nos Grands Gardiens pour cette Session Exceptionnelle.

13 dit à Kristal de rester sur place et il s’avança aux côtés de 14. Leur entrée fut suivie d’une salve d’applaudissement. 12 apparut derrière eux et ensemble ils allèrent s’asseoir sur trois grands sièges installés au pied du socle de celui de l’ange, qui demanda à la salle de se taire.

-Accueillons à présent l’accusée du jour, Kristal.

Kristal s’avança dans la lumière et suivit un tapis rouge qui la mena jusqu’à une rambarde. Elle était placée de manière à être quelques mètres devant les trois dieux. L’ange, qui semblait très haut vu d’ici, continuait de fixer son regard sur elle. Son entrée dans la salle ne fit faire aucune réaction de la part du public. C’est tout juste s’ils la regardaient. Elle se demanda à quoi ils servaient, tout ces gens. En tout cas leurs sièges étaient très beaux.
L’ange s’adressa à elle :

-Kristal, sais-tu pourquoi tu es ici ?
-J’en ai une vague idée…
-Tant mieux, ça m’évitera de le répéter. Sache que tout le monde ici sait pourquoi tu est là. Si tu le sais toi aussi, c’est une perte de temps de te le répéter.
-Et tout ce que vous venez de dire, c’est pas une perte de temps peut-être ?
-Non. Par contre ce que je suis en train de dire l’est.
-On est d’accords !

13 Fit signe à Kristal de se taire.

-…pardon.
-Qu’importe, répondit l’ange. Cela fait de la distraction. Bref.

Il se pencha vers 12, 13 et 14.

-Ô grands Dieux, Maîtres de la Vie et de la Mort, émissaires de la planète. Vous connaissez l’enfant devant vos yeux. Quel est votre avis à son sujet ?

Kristal craint ce que 12 aurait à dire. Sa première impression à son propos avait été plutôt négative et elle avait peur qu’elle l’enfonce.

-J’en ai rien à foutre. Répondit 12. Ces procès sont toujours les mêmes, il sont ennuyants à mourir et finissent toujours de la même manière. Vous ne devriez même plus à nous demander notre avis, vous savez très bien ce que l’on va répondre. Vous nous faites perdre du temps sur notre tâche. La Planète ne voudrait pas ça. Excusez moi mais je retourne bosser.

Et elle disparut de la même manière que tout à l’heure. Cette déesse était une énigme pour Kristal.

-Ô Grands Dieux, avez vous quelques chose à ajouter à ce qu’a énoncé votre sœur ?
-Malheureusement non, répondit 13. Elle a raison. Ces procès n’ont pas de sens, nous ne comprenons, mon frère et moi, toujours pas pourquoi vous nous convoquez. La politesse me retient d’imiter ma sœur.
-Très bien. Kristal, votre sort est donc scellé. Vous retournerez sur Terre avec un handicap. Ce handicap s’évanouira une fois que vous aurez fini la mission que vous a confiée Nano.
Voilà qui clos ce Conseil. Grands Dieux, Je vous assure que je ne vous ferais convoquer qu’en cas d’extrême urgence.
-Si c’est une extrême urgence, rétorqua 14, nous serons au courant bien avant toi, abruti.
Un rai de lumière éblouit soudain Kristal et lui fit perdre le flot de la conversation. Elle se sentait faillir, prête à s’évanoui. La lumière l’engloutit totalement.

Kristal ouvrt les yeux. Elle sentait l’herbe humide sur son visage et elle comprit qu’elle était revenue dans le monde réel ? Est-ce que tout ceci n’était qu’un rêve ? Elle n’aurait su le dire. Elle se redressa et découvrit avec plaisir Umbrraätikratumkravitch et Jambaya, ses chères armes, étaient toujours là. Elle leva les yeux et contempla le ciel bleu. Il n’y avait pas un nuage. Elle inspira profondément et se réconforta en se disant que son séjour chez les dieux n’avait été qu’un songe. Elle repensa à 12, 13 et 14 et à cet horrible ange qui l’avait jugée. Elle voulut les maudire haut et fort pour lui avoir fait passer ce moment étrange. Elle n’y arriva point. Elle avait beau essayer de hurler, les mots ne sortaient pas de sa bouche, comme si ils restaient bloqués à l’intérieur d’elle même.
« Hein ? Pensa-t-elle. que se passe-t-il ? »
Elle réessaya à plusieurs reprises mais rien n’y faisait, elle était muette comme une roche.
« Est-ce le handicap dont ils m’ont parlé… ? Ils m’ont condamnée au mutisme ? Ils vont… »
Elle n’eut pas le temps de conclure qu’une voix résonna dans sa tête, forte et sans écho, elle lui fit bourdonner les oreilles :
« C’est perturbant hein ? »
Kristal reconnut immédiatement la voix de 12. Elle avait l’impression que la déesse était dans son esprit.
« Je passais juste en coup de vent pour voir comment ça allait. »
Kristal n'en revenait pas.
« Tout... tout ceci était donc réel ? répondit Kristal par la pensée. Les dieux, le tribunal... »
[/]« Tout ! T'en a de la chance, normalement on aurait aussi dû te vider la mémoire, mais on a eu la flemme. C'était on ne peut plus réel, ma chère. Tu m'a l'air d'aller bien et d'avoir supporté le transfert, tant mieux. Je venais aussi pour m'excuser, tu a du me trouver malpolie, inconvenante à la première impression, je ne suis pas du tout comme ça. J'étais juste sur les nerfs à ce moment là.»
« D... d'accord... »
« Tu tu tu tu bébégayes ? Je croyais pas ça possible par la pensée. »
12 ria a gorge déployée. Kristal, intimidée, ne sut que répondre.
« bah, laisse tomber, c'est pas grave. Il ne te reste plus longtemps à accomplir pour finir ta quête. Tu retrouveras bientôt la parole. Au moins pendant ce temps là tu arrêteras de râler. C'est pour ça qu'on t'a coupé la chique à la base. Bon allez à plus. Fait pas de bêtises, on te surveille. »
La voix disparut se sa tête, laissant place à un lourd silence.
Kristal déglutit. Elle se releva et repris sa route, quittant les plaines vertes et se dirigeant vers les canyons, là où s'achèverait sa quête...

---

PARTIE III

La route s'escarpait au fur et à mesure que le soir tombait. La lune, déjà présente dans le ciel, n'était qu'à moitié pleine, seule au milieu de l'écharpe céleste qui devrait attendre encore quelques heures avant de se couvrir d'étoiles sublimantes. L'herbe avait laissé place à des roches et des gravillons qui prenaient une teinte orangée sous la lueur du soleil couchant. Il était à présent impossible à Kristal de suivre une trajectoire rectiligne. Elle utilisait ses jambes pour grimper, sauter, dévaler ou contourner les obstacle se dressant devant elle sur cette route qui n'en était plus une.

Son mutisme ne la dérangeait pas plus que ça étant donné qu'elle était seule, et c'était de plus un bon exercice pour l'auteur qui avait plus l'habitude d'écrire des dialogues et avait besoin de se perfectionner dans la description.

Après une demi-heure de progression, le sol n'était plus que de la roche, une roche rouge et lisse, uniforme, de laquelle se tiraient d'immenses rochers qui se dressaient vers le ciel. En réalité, Kristal s'était engouffrée sans s'en rendre compte dans une large fissure déchirant un grand plateau. Les falaises menaçantes se rapprochaient petit à petit autour d'elle et le ciel, à présent noir, paraissait plus lointain que jamais.
Les yeux de Kristal s'étaient habitués à l'obscurité et la lueur des astres, perçant à travers les massifs rocheux, suffisait à éclairer son chemin.

Voulant vérifier qu'elle ne faisait pas fausse route, elle déplia le plan et plissa les yeux pour lire ce qui y était indiqué.
Une fois les canyons atteints, la route se tracera toute seule devant toi jusqu'à ton but.


La phrase concluait le guidage et s'achevait par la signature de Nano. Rassurée, elle roula le plan et le rangea dans son sac après l'avoir scellé à l'aide d'une petite ficelle.
La nuit rafraichissait l'atmosphère et le vent se levant n'arrangeait rien. Kristal frotta ses épaules dénudées pour se réchauffer. Elle avait horreur du vent, elle trouvait qu'il s'immisçait constamment dans des situations où on avait besoin de tout sauf de lui. Celui qui était là ce soir-ci était agressif, oppressant. Il ralentissait Kristal dans les falaises et gênait sa respiration.

Bientôt, deux énormes rochers se dressèrent devant elle. Elle se faufila pour passer mais se stoppa net : elle était face au vide ! Son pied failli glisser au bord de la falaise et elle manqua de peu une chute mortelle. Elle souffla et regarda les alentours. Elle remarqua que juste devant elle avait été plantée une échelle de cordes qui descendait en contrebas. Le vent s'engouffrant entre les rochers provoquait un sifflement insupportable. Kristal fit un pas pour s'approcher de l'échelle mais une bourrasque plus forte que les autres la fit choir dans le précipice.

A ce moment précis, si elle avant pu hurler, elle ne s'en serait pas privée.

Elle s'agrippa par miracle à l'échelle et remercia les Dieux pour cela. Elle entama donc sa descente. La corde était très épaisse et difficile à saisir.

Elle descendit donc jusqu'en bas, sur une hauteur d'environ quinze mètres à vue d'œil. Elle posa le pied sur un sol rocailleux, elle était arrivée à ce qui ressemblait à lac. Quelle drôle d'idée de placer un lac ici. Quelques plantes poussaient autour du point d'eau, cependant l'endroit était désert.
Kristal en profita pour se rafraichir et se désaltérer. Elle déballa son sac et planta sa tente au flanc de la falaise pour être à l'abri du vent. Heureuse d'enfin faire une pause, elle s'allongea en étoile sur le sol, contemplant celles qui scintillaient dans le ciel et expira longuement, se laissant emporter dans un sommeil mérité.

Son sommeil fut profond. Ses rêves de mélangeaient les uns aux autres sans sens précis. Elle se voyait flotter à bord d'une embarcation dans un océan de plumes, manger un festin avec personnes qu'elle n'avait jamais vues, ou encore ligotée dans une cage et entourée de minotaures.

Le truc, c'est que ça, c'était pas un rêve. Kristal s'éveilla et remarquât qu'elle ne pouvait pas bouger. Elle ouvrit les yeux et constata que ses quatres membres avaient été solidement attachés à de larges poteaux de bois. De plus une corde la ceinturait, faisant plusieurs tours, l'ankylosant au moindre mouvement.
Ne comprenant pas ce qu'il s'était passé, elle regarda autour d'elle, affolée. Elle était au milieu d'un village de minotaures ! Ceux-ci passaient devant elle sans la voir, comme si elle était là depuis longtemps.
Elle était apparemment au milieu de la place du village. Le poteau auquel elle était attaché était au centre de celle-ci, profondément ancré dans le sol de roche. Des habitations plus ou moins grandes avaient été construites en cercle, délimitant la place. Les maison, taillées pour la plupart dans la roche, n'avaient pas de fenêtre et n'était disposées que d'une ouverture faisant office d'entrée.
Par delà ce lieu était visible un large bâtiment, comme une grande forteresse. Sur celle-ci se dressait un oriflamme sombre et sans motif.
Kristal de trémoussa, gigota, mais rien n'y faisait, les liens étaient trop solides et lui faisaient mal.

-Ça y est, tu es réveillée ?

Ces mots avaient été comme un coup de poing dans sa tête. C'était la voix de Nano ! Il était attaché derrière elle ! Que faisait-il ici ? Pourquoi était-il attaché ? Kristal démultiplia ses tentatives de désemberlificotement mais en vain.

-Tu parles plus ? Ne me dit pas qu'ils t'ont coupé la langue, je leur dirait deux mots !

Kristal souffla. Elle ne comprenait plus rien. Pourquoi Nano l'avait-il envoyé jusqu'ici si il y était déjà ? Ça n'a aucun sens ! Autant qu'il aille se le choper lui même, son trésor !
Un minotaure passa par là et défît les liens de Nano. Il posa également un seau d'eau à ses pieds.

-Ahh, il était temps. Tous les jours j'ai une heure de temps libre pour faire ma toilette, boire et manger.

Le nain sauta a terre et se plaça face à Kristal. Il prit de l'eau dans ses mains et les porta aux lèvres de la jeune fille.
-Tiens, bois. Tu dois en avoir besoin.
Kristal lui cracha l'eau au visage. Elle n'avait aucune envie de recevoir quoi que ce soit de sa part.
-Bon, ok, je vais tout t'expliquer, dit le nain en s'essuyant le visage et en s'essorant la barbe. Mais promets moi que tu ne me frapperas pas.
Kristal secoua la tête et lança un regard noir au nain.
-Tant pis. De toute manière t'es attachée, je risque rien pour l'instant. Tu dois te demander ce que je fais là dans ce trou, et comment tu as reçu ma lettre. Avant toute chose, sache qu'il n'y a jamais eu de trésor. Je connais ta nature et je savais que c'était le seul moyen de te faire venir jusqu'ici.
Ça, Kristal s'en était douté à l'instant même où elle l'avait entendu.
-Arrête de me tuer du regard et laisse moi continuer ! Tsss... ce que tu peux être énervante ! Enfin bref, je m'promenais dans les canyons, le cœur ouvert à l'herbe bonne, qui est très rare ici, je te l'accorde, et je me suis fait attraper par ces espèces de brutes épaisses et me voilà à présent enfermé ici depuis un mois. Le seul soucis c'est que je ne sais pas ce qu'ils me veulent, ces abrutis. Je ne parle pas leur langue et ils ne parlent pas la mienne ! Soit dit en passant, tu n'imagines point à quel point c'est éxaltant de ne point t'entendre parler à tout bout de champs ! Point d'exclamation ! Retour à la ligne !
Il ricana, dévoilant ses vilaines quenottes. Kristal ne fit pas attention à la réflexion. Elle était trop énervée pour ça.
-Enfin bref, que disais-je ? reprit le nain, Ah oui, je suis ici et je ne sais pas pourquoi. Ils ne me mangent pas, ils en me touchent pas, je ne crois pas non plus qu'ils veuillent m'offrir en sacrifice, les minotaures sont trop cons pour vénérer un dieu. Donc j'ai attendu. Tu me diras la première semaine j'étais pénard. Enfin non tu me diras pas, vu que tu dis plus rien, niark ! Malgré le confort... rudimentaire, j'ai à manger tous les jours, et c'est pas de la daube ! Si tu as l'occasion de goûter leur gâteau aux herbes... Mhhh ! Un délice ! Une pièce de choix. Lorsque la deuxième semaine à commencé, le neuvième jour je crois... Il examina des bâtonnets gravés dans le bois. Le neuvième était plus imposant que les autres. Oui, voilà, c'était le neuvième jour. Un homme lézard, qui ne m'a pas dit son nom, est entré dans le village et s'est fait merveilleusement bien accueillir par les minotaures. C'était un envoyé d'Estrov, notre Roi. Figure toi qu'Estrov a fait demander ma présence pour une affaire royale ! Enfin c'était pas grand chose non plus. Il m'a juste demandé si des armes et boucliers avait bien été forgés par Nona, ma soeur. C'était le cas, il m'en remercia et me renvoya ici, avec la calèche royale et tout le tintouin. A propos, c'est dingue ce que ces grandes plaines sont monotones ! J'ai profité de mon passage furtif dans la population pour te faie parvenir la lettre et le plan, dont tu as suivi les indications avec brio. T'as vu elle est sympa ma petite forêt hein ! Je suppose que tu as eu la même mésaventure que moi. Enfin bref ! Voilà comment je suis arrivé ici, je comptais sur toi pour me faire libérer, mais quand je vois l'état dans lequel tu es... J'aurais dû m'abstenir et demander à un nain ! C'est fiable, les nains ! Sauf moi, je me fais vieux peut-être. Quoi qu'il en soit, on est dans un beau bourbier ! Merci Kristal ! Merci franchement !

Le nain fit signe à un minotaure.
Un large buffle approcha et le ramena au poteau, auquel il le rattacha. Le minotaure, faisant facilement trois mètres de haut, détacha Kristal et lui expliqua par signes ce que Nano lui avait déjà expliqué, comme quoi elle avait une heure pour sa toilette. Il posa un autre seau d'eau devant elle puis partit. Kristal frotta ses poignets abîmés et les plongea dans l'eau pour soulager le feu de la corde. Elle but ensuite quatre longues lampées et s'assit par terre, le seau entre les jambes et la tête dans les mains. Elle refusait de se retourner et de voir le nain. Elle l'aurait étranglé.

Elle fit le point. Elle avait depuis le départ pour objectif un grand trésor, avait traversé une forêt vivante, une plaine sans fin, fait un tour chez les dieux, et avait perdu la parole, pour au final apprendre qu'il n'y a aucun trésor. Elle s'était faite manipuler en beauté par le nain. Elle avait été stupide ! Comment n'avait-elle pas vu cette énormité ? Nano avait été très fin, pour un nain. Plus jamais elle ne se ferait avoir comme ça !

Kristal regarda autour d'elle. Tous les bovins alentours ne faisaient pas attention à elle. Elle pensa qu'elle pourrait facilement s'enfuir sans même qu'ils ne le remarquent. Elle se dirigea vers le nain et lui fit comprendre que si il disait quoi que ce soit elle l'égorgerait.
-Quoi, tu veux te barrer ? Ma pauvre enfant ! Bon courage ! Mais je te rappelle que t'as fait tout ce parcours pour venir jusqu'ici, tu ne vas quand même pas repartir sans rien, pas même un vieux nain ! Enfin de toute manière, tu ne feras pas cinq mètre. Je te préviens.

Kristal lui envoya violemment son poing dans les côtes. Le nain toussa.

Ouach, suffoquât-il. T'es vraiment une bourrine toi ! Cela ne m'étonne pas que tu n'ai pas de petit copain !

Kristal lui mit un autre poing, mais dans la face cette fois-ci.
Elle partir en courant en direction des grandes portes du village, fait fut interceptée par deux guerriers qui lui firent face en brandissant d'immenses lances. Elle manqua de peu de se faire embrocher sur l'une d'elle.
Ils attrapèrent chacun un de ses bras et la ramenèrent près du poteau sans la violenter. Elle avait beau se débattre, elle était impuissante face à eux. Ils la laissèrent prendre une dernière gorgée puis ils la rattachèrent.

Le temps passa... La peau de Kristal brûlait sous les rayons du soleil finissant son ascension dans les cieux éternels. Elle était littéralement épuisée et et avait laissé tomber sa tête sur ses épaules. Nano grognait derrière elle mais elle ne l'écoutait pas.

Kristal ouvrit les yeux et se rendit compte qu'elle s'était endormie. Le soir était tombé et des flambeaux avaient été allumés çà et là et leur flammes faisaient danser les ombres sur le sol. Il y avait de l'agitation dans le village. Quelque chose se préparait : Beaucoup de gens couraient dans tous les sens, formaient des groupes qui se désassemblaient aussitôt, certains apportant de la nourriture, d'autres s'occupant juste de gérer la foule.
Le centre de l'agitation semblait se trouver dans l'entrée du village, que Kristal ne pouvait voir. Elle regarda à gauche, à droite, mais ne voyait que cet amassement indescriptible de minotaures. Sans doute Nano savait-il ce qui se passait, mais elle ne pouvait le lui demander. Elle secoua son bassin afin de faire bouger le poteau pour que Nano comprenne qu'elle était réveillée.

-Rmfl, tu m'as réveillée, abrutie. C'est quoi toute cette agitation ?

Kristal leva les yeux au ciel.

-Allôôô ? Il y a quelqu'un ? KRISTAL ! beugla-t-il à plusieurs reprises. ...Oh et puis zut.

La foule se dirigea vers eux. Enfin il serait plus exact de dire qu'ils se trouvaient sur la route de la foule, qui passèrent autour d'eux avec leur dédain habituel. Le centre des attentions était apparemment un jeune minotaure, vieux de quelques années apparemment, haut comme trois pommes. Il marchait tranquillement autour de cette folie. Tout le monde le regardait, il attirait vraiment l'attention des gens. L'attroupement, suivant le jeune minotaure, était à présent perdu dans les profondeurs du village. Ne laissant que le néant.

-C'est sans donc ça, toute cette agitation. Pour ce gamin. Haha !

Kristal se serait bien passé de cette remarque.

-C'est sans doute quelqu'un d'important.

Ça, Kristal s'en était douté aussi. Ce nain ne parlait vraiment que pour rien dire.
Des rires et des cris jaillirent soudain du village. Une mélodie joyeuse et entrainante s'échappait, laissant comprendre qu'une fête avait lieu. Sans doutent festoyaient-ils en l'honneur du mini-mino qui venait d'arriver.

-Sans doute festoient-ils en l'honneur du mino-mini qui vient d'arriver, Dit Nano.

Kristal ne releva pas cette phrase. Elle était entrainée par cette belle mélodie. Basée principalement sur des percussions, un instrument à cordes qu'elle ne put identifier venait de temps à autres adoucir la rythmique à l'aide de notes plus douces. Des chœurs se firent soudain entendre. Graves, unis et lents, ils semblaient être accélérés par les percussions de fond et donnaient une profondeur sans égale au morceau.
La jeune femme se laissa porter par les notes voluptueuses de cette douce mélodie tout le restant de la nuit.


***

Le lendemain matin, Kristal et Nano furent détachés dès le lever du soleil et on leur demanda d'attendre ici un instant. Ses liens, irritant sa peau, avait rendu cette nuit épuisante, elle avait du mal à se mouvoir. Nano n'allait pas mieux. Kristal ne l'avait pas remarqué, mais il était complètement esquinté, la peau brûlée et manquant à plusieurs endroits. Elle regretta de s'être montrée aussi agressive. Le pauvre était là depuis un mois déjà et n'avait pas dû avoir que de bonnes journées en ces lieux.
Nano, ricanant toujours, lui expliqua que c'était la première fois depuis qu'il était là qu'on les faisait lever à cette heure là. Ils attendirent là cinq minutes et virent le petit minotaure arrivé la veille se diriger devant eux, d'un pas sûr, on sentait rien qu'à le voir marcher qu'il était plus mûr que on ne pourrait le penser au premier regard.

-Salut vous deux ! Lança-t-il.

Surprise, Kristal ne s'attendait pas à l'entendre parler sa langue. Il avait une petite voix fluette, une voix d'enfant.

-Tu... tu parles notre langue ? Demanda le nain.
-Bien sûr que je la parle ! J'étais parti en excursion dans la ville de Stryad pour l'apprendre, je suis revenu hier !
-A Stryad ? Tiens donc ! Il s'en passe des choses dans cette ville ! Niark !

L'enfant rigola un instant puis reprit son sérieux.

-Cette humaine ne parle pas ? Mes frères n'ont rien entendu sortir de sa bouche depuis son arrivée à ce qu'il parait
-J'en suis le premier surpris. Je ne sais pas ce qu'il lui est arrivé. Mais qui es-tu, jeune enfant ?
Le jeune minotaure bomba le torse et annonça avec fierté :
Je suis Galfardius, Fils du Roi et prétendant au Trône !

Nano toussa et Kristal chancela. Rien que ça !

-Rien que ça ! Dit le nain, à croire qu'il lisait ce que disait le narrateur avant de parler. Et que nous vaut cet honneur, votre altesse ?

Kristal ne savait pas où se placer. Elle était très mal à l'aise.

-Mon papa vous a accueilli mais ne savait pas quoi faire de vous. Il a pris soin de vous mais il attendait mon retour avec impatience afin que je puisse servir de traducteur.

Kristal regarda ses plaies et rit intérieurement en se demandant en quoi ces minotaures avaient pris soin de nous.

-J'aurais bien discuté avec vous hier soir, Continua Galfardius, mais j'étais vraiment pris, on a fêté mon retour, je n'avais pas une seconde à moi. Je vous ai gardé une part de ce gâteau aux herbes ! Goûtez ! C'est un délice ! 100% bien de chez nous en plus !

Kristal se jeta sur la part de gâteau. Mise à part les quelques gorgées d'eau, elle n'avait rien consommé depuis qu'elle s'était faite enlever la nuit précédente. La pâtisserie, surprenante au départ, était en réalité excellentissime. Un pur délice !
Nano demanda à Galfardius ce que voulait savoir le Roi. Celui-ci lui répondit qu'il valait mieux qu'il lui demande en personne et les guida jusqu'au palais.

L'endroit, taillé dans la roche comme tous les bâtiments du village, était grandiose. Des serpents en tortillons étaient gravés le long des larges piliers supportant la lourde structure de l'architecture. Le sol était aménagé de manière à ce qu'un chemin soit tracé directement de l'entrée jusqu'au trône. Celui ci, tout aussi majestueux, trônait, c'est le cas de le dire, sur la salle toute entière. Légèrement en hauteur, en granit blanc, on ne pouvais le rater en entrant dans la salle.
Le bâtiment était impressionnant, la salle était impressionnante, le trône était impressionnant, mais celui qui y était assit l'était encore plus. Krann, le Roi Minotaure. Tel était son nom. Kristal l'avait déjà entendu quelques fois. Il avait une réputation plutôt sanglante. La légende racontait qu'il avait tué plusieurs armées les mains enchainées pour acquérir son territoire.
Son souffle résonnait dans toute la salle. Il fixait les deux individus d'un regard pragmatique. Ses yeux, jaunes et sans pupille, se tournèrent ensuite vers son fils. Il lui adressa la parole. Sa voix fit trembler sa salle entière. Grave, vrombissante, elle glaça le sang de Kristal.
Le Roi et Galfardius échangèrent quelques mots dans leur langue. Le gamin surprenait par son aise. Il y avait une telle différence entre le père et le fils qu'on aurait pu croire qu'ils n'avaient pas vécu sur la même planète pendant des décennies. Leur conversation dura sept bonnes minutes. Pourquoi sept, allez savoir. Pourquoi bonnes, ALLEZ SAVOIR !
Galfardius se tourna vers Kristal et Nano.

-Je vais à présent vous traduire les dires de mon père.

Krann prit donc la parole, et Galfardius traduisit au fur et à mesure.
Krann était curieux de savoir qui ils étaient, et ce qui les avait menés jusqu'ici. Nano conta donc ses pérégrinations et celles de Kristal. Le roi semblait s'irriter. Lorsque Nano eût fini sa phrase, il lança, d'une voix terrifiante :

-pourquoi la fille ne parle-t-elle pas ?

Kristal, horrifiée et surprise d'entendre le minotaure parler sans sa langue, ne put répondre. Le Roi serra le poing et reprit sa langue pour parler à Galfardius.

-Il aimerait que vous répondiez à sa question
Nano prit la parole une nouvelle fois. Cependant il n'eût pas le temps de s'expliquer
-Que la fille réponde !! Hurla Krann à travers son fils.

Kristal fondit en larme. Elle se sentait impuissante. La situation dans laquelle elle se trouvait la mettait en pièces. Elle ne pouvait parler alors qu'un des êtres les plus puissants de la planète était face à elle et lui sommait de prendre parole.

-JE NE PEUX PAS PARLER !!! Hurla-t-elle.

Elle s'attrapa la gorge a deux mains, abasourdie par ce qui venait d'en sortir. Elle sentit un frisson dans l'assemblée. Krann, choqué, hurla sur Galfardius.

Gh... Galfardius prit un moment pour trouver ses mots. Qu'est-ce que ça signifie ?

Kristal aurait bien aimé lui répondre, mais elle même ne comprenait pas. Depuis quand sa parole était revenue ? En quoi avait-elle accompli sa mission ? Quoi qu'il en soit, toutes ces questions ne changeaient en rien la rage et à l'incompréhension dégagées par Krann.

Le roi rugit. Un rugissement à en perdre les mots. Alors que la salle tremblait, la panique déforma la foule venue assister à la scène. Pris de panique, les bovins quittèrent la pièce en précipitation. Seuls Galfardius, Nano et Kristal restèrent.
C'était apparemment le but de Krann. Il se stoppa net, fixant les minotaures qui s'enfuyaient avec un léger sourire.

-Très bien, reprit Galfardius, qui continuait de traduire les paroles de son père. Nous pouvons donc reprendre à l'abri des oreilles indiscrètes.
-Je... je ne comprends pas... Balbutia Kristal.
-Qu'importe que tu comprennes ou pas. J'ai parfaitement compris. Quelqu'un que tu connais m'a contacté et m'a renseigné sur ton sujet.
Nano s'empressa de demander :
-Quoi ? Qui ? Personne n'est venu ! Quel est ce soudain changement de ton ?
Krann ne répondit pas et fixa Kristal avec un œil serein. Elle, comprenait parfaitement de qui il parlait. Il ne faisait aucun doute que c'était un des trois Dieux qu'elle avait rencontré qui avaient informé le Roi. Elle reprit donc confiance en elle et prit la parole avec assez de sûreté :

-Que va-t-il advenir de nous à présent ?
-Cela dépend de vous. Vous êtes libres de repartir, je n'ai plus aucun droit sur vous. Vous êtes propriétés des dieux

Nano lança le regard du mec qu'a pas compris à Kristal. Le pauvre, il était normal qu'il n'arrive pas à suivre ce qu'il s'était passé.

-Nano, dit le roi, je souhaite que tu restes ici le temps de te soigner. Nos méthodes d'accueil sont certes à revoir et j'aimerais me racheter. Tu auras le gîte et le couvert aussi longtemps que tu le souhaiteras. Cependant j'aimerais que tu nous laisse un instant, Kristal et moi.

Nano ne posa pas de questions et sorti. Par la suite, Krann et Kristal discutèrent par l'intermédiaire de Galfardius. Ils parlèrent des Dieux principalement. Kristal appris qu'il avait déjà eu affaire à eux plusieurs fois, et que c'est pour cela que la situation de Kristal ne le surprenait point.
Après lui avoir fait plusieurs offrandes, des vivres, des armes et des habits, Krann congédia Kristal avec respect.

Heureuse d'avoir retrouvé la voix et d'être encore en vie, Kristal retrouva Nano sur la place et s'apprêta a lui dire tout ce qu'elle n'avait pu auparavant à cause de son mutisme. Il s'en souviendrait !

Sa vigueur retomba bien vite lorsqu'elle vit le nain et son piteux état. Il avait enduré bien pire qu'elle, à y réfléchir. Elle choisit de mettre son orgueil et son désir d'engueulade de côté et d'employer un ton plus léger.
Lorsqu'elle arriva, il lui expliqua qu'il avait considérer l'offre du roi avec attention et qu'il s'y plierait :

-Tu es sûr de vouloir rester ici Nano ? demanda-t-elle.
-Tiens, tu parles toi ! Je n'y comprends plus rien à rien !
-Oublie ça, je t'expliquerais un jour, mais si je t'en parlait maintenant tu me prendrais pour une folle.
-C'est déjà le cas, niark ! N'aggrave pas ton cas !
-Cesse je t'en prie. Je suis en train de faire un effort là ! Je m'inquiète pour toi.
-C'EST MEUUUUGNOOOOON !
-Tais toi, vieux fou ! Hurla Kristal.
-Mais ne t'inquiètes donc pas, je me plais bien ici, je vais rester ici le temps de me refaire, et si le Roi est d'accord j'emménagerais. Et puis tu connais la route maintenant !
-D'accord, dit Kristal en hochant la tête. Je te dis au revoir alors. Merci pour la balade, j'y ait beaucoup gagné.
-Au plaisir, gamine !

Elle lui fit un dernier signe d'adieu et partit sans se retourner vers la sortie du village, accompagnée de Galfardius.

Le petit prince était fort curieux et lui posait beaucoup de questions sur elle, sur l'endroit d'où elle venait. Elle prenait plaisir à lui répondre.

-Et toi, que peux tu me dire sur toi ? Demanda Kristal.
-Je veux être le maître du monde ! Répondit Galfardius. Quand je serais Roi, je ferais de grandes choses ! Je ferais ériger une statue en ton honneur Kristal, je te le promet !
-Hahaha ! Ce serait trop d'honneur !

Le soleil, toujours haut et seul dans le ciel sans nuages irradiait de ses rayons les canyons, et éclairait une montagne magistrale, imposante, régnant ici telle la maitresse de l'endroit. A la frontière entre les canyons et la grande plaine d'herbe verdoyante, le massif marquait la limite du territoire des minotaures

-Quand je serais grand, j'aurais assez de force pour détruire cette montagne, et mon peuple pourra découvrir le reste du monde ! s'écria Galfardius en désignant le monstre de roche.
-C'est ça oui ! On en reparlera le moment venu ! dit Kristal en souriant. Tu devrais rentrer chez toi à présent, tu vas t'attirer des ennuis.
-Oui Kristal tu as raison ! Au revoir ! J'ai été ravi de te rencontrer ! répondit le petit minotaure en disparaissant dans les roches. Kristal le trouvait adorable.

Elle contempla une dernière fois les canyons et reprit sa route, la route du retour, soulagée que cette longue aventure soit enfin finie.

INSPIRATION OBSCURE
-FIN-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurosaki Ichigo
Le 15 gagnant
Le 15 gagnant
avatar

Féminin Scorpion Chèvre
Messages : 1151
Date d'inscription : 22/07/2011
Age : 26
Emploi/loisirs : Lycéen/Shinigami remplaçant

Feuille de personnage
Univers: Sonic (Mobius) / Bleach
Nom: Shirokaze / Kurosaki
Prénom: Windy / Ichigo
MessageSujet: Re: Felkistyle   Ven 29 Juil - 17:56

Franchement, j'ai adoré ton histoire ^^
J'ai particulièrement aimé ta manière de mélanger la narration avec ce que disent les personnages, c'était vraiment attractif et marrant et je pense que c'est ce qui rend ta fic si bien x)
Par contre, bonjour le nom de la hâche, t'as dût sûrement faire un copier coller pour l'énoncer une seconde fois, non ? XD
En tout cas, ce qui est un peu dommage, c'est qu'il y a quelques fautes de frappes et d'orthographes qui coupent l'immersion dans l'histoire de temps en temps, mais rien de bien méchant car j'ai eu beaucoup de plaisir à lire ton récit.

~__________________________________________________________________________________________~


Spoiler:
 

[Deux Like a Star @ heaven de WolfBoy / Quatre Like a Star @ heaven d'Atomnium / Une Like a Star @ heaven de Hina / Une Like a Star @ heaven de Thalie / Deux Like a Star @ heaven de Toboe / Une Like a Star @ heaven de Haken Browning / Une Like a Star @ heaven d'Allys Petite Sadik]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Felknia
Newcomer
avatar

Masculin Balance Singe
Messages : 21
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 25
Localisation : INNA YUH HEAD !

MessageSujet: Re: Felkistyle   Ven 29 Juil - 18:47

Navré pour l'orthographe, j'ai un peu de mal avec mon clavier !
merci du commentaire =3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebastian Michaelis
Diable de majordome
Diable de majordome
avatar

Féminin Poissons Buffle
Messages : 198
Date d'inscription : 22/07/2011
Age : 21
Localisation : A ton uk
Emploi/loisirs : Larbin à temps plein.

MessageSujet: Re: Felkistyle   Dim 28 Aoû - 12:00

Fic' vraiment passionnante et drôle, je suis contente de pas avoir perdu mon temps en la lisant. Ca m'a vraiment plu ^^

Bah après, quelques fautes d'orthographes... C'est pas si grave, tant que c'est lisible. x)

~__________________________________________________________________________________________~


Spoiler:
 


[Une Like a Star @ heaven Kurosaki Ichigo, WolfBoy et d'Hina]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atomnium
Cyborg envieux
Cyborg envieux
avatar

Masculin Poissons Singe
Messages : 1960
Date d'inscription : 27/07/2011
Age : 26
Localisation : Dans un entry-plug avec Yuki, Rei et Tayuya ~
Emploi/loisirs : Yukiste

Feuille de personnage
Univers: Karakuridôji Ultimo / Elfen Lied
Nom: Jealous / Lucy
Prénom:
MessageSujet: Re: Felkistyle   Lun 29 Aoû - 1:14

C'était très plaisant à lire ^.^

J'ai beaucoup apprécié le coup des Dieux qui punissent une mortelle parce qu'elle jure souvent alors qu'eux-mêmes ont un langage assez .. franc et direct XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Felkistyle   

Revenir en haut Aller en bas
 

Felkistyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nippon No Kokyû :: Récits-